L’expert en automobile, seul professionnel tiers de confiance autorisé par la loi à établir la valeur d’un véhicule à moteur.

La somme des connaissance et compétences acquises par certains experts en automobile dans le domaine des véhicules anciens, leur permet d’être reconnus et sollicités par des collectionneurs soucieux d’assurer un suivi rigoureux de leur patrimoine.
La FFEA et sa commission paritaire sociale travaillent, avec France Compétences, à la mise en place d’une certification de qualification professionnelle Véhicule de collection, destinée à attester des compétences de l’expert qui la détient.

Crédit photos : Cabinet d’expertise automobile Pierre-Yves Debuisne (PY Conseils expertises)

Retours presse suite au communiqué de la fédération du 29/08/2022 « La profession d’expert en automobile entièrement mobilisée pour
accompagner les automobilistes touchés par les grêles »

Publié le 30 août 2022 par Romain Thirion dans Zepros Après-Vente Auto.
Crédit photo : Zepros

Les épisodes de grêle des cinq derniers mois ont occasionné un surplus de missions pour les cabinets d’expertise. Et entraîné une hausse d’activité notable pour les débosseleurs sans peinture et les carrossiers. Les trois professions ont dû se serrer les coudes pour faire face. 

Selon la Fédération française de l’expertise automobile (FFEA), durant la période d’activité orageuse la plus intense, de mai à juillet, quelque 370 000 véhicules assurés en dommage ont été impactés par des grêlons d’un diamètre de 2 à 5 cm en moyenne et parfois supérieur à 5 cm, voire 10 cm dans le cas de la grêle « géante » qu’ont subi au moins cinq communes entre le 1er mai et le 30 juin, selon un rapport de l’observatoire spécialisé Keraunos.

Contrairement à l’automobile, l’expertise sur les véhicules de loisirs en cas de sinistre, de par leurs spécificités, s’appuie en partie sur des notions empiriques, liées à l’expérience des hommes de l’art. Présentation d’une profession qui, avec l’explosion du marché, doit s’adapter aux nouvelles équations économiques.

Publié dans la Tribune N°239 – juillet -Août 2022

Avec François Bonissent, expert en automobile, membre de la Commission Métier de la FFEA et Jean-Michel Jourdet, expert en automobile chez BCA.

Publié le 12/04/2022 par Romain Thirion

Malgré leur démocratisation auprès de l’ensemble du parc roulant européen, les systèmes d’aides à la conduite – les fameux ADAS – vont continuer d’augmenter le coût moyen des réparations, qui ne sera pas compensé par la limitation des sinistres qu’ils promettent.

C’est assumé : le niveau 5 d’automatisation du véhicule est désormais clairement identifié comme « utopique » par les ingénieurs qui conçoivent les ADAS. C’est tout du moins l’aveu qu’a fait Antoine Lafay, directeur recherche assistance à la conduite de Valeo, lors de l’Atelier du MAP organisé le 1er avril dernier autour et intitulé « Systèmes d’aide à la conduite : impacts et évolutions ? » Reste que le niveau 4 – l’automatisation partielle – est atteignable dans un environnement d’utilisation donné et que le niveau 3, celui de l’automatisation conditionnelle, sont atteignables, eux.

Journal de l’Automobile – Publié le 6 avril 2022 par Florent le Marquis

L’Observatoire des experts de la mobilité, organisé par la Fédération française de l’expertise automobile (FFEA), s’est focalisé sur les Adas. Entre avenir de la voiture autonome, réglementation et après-vente, les sujets ont été nombreux.

Pour la première fois depuis le 5 mars 2020, les ateliers du MAP se sont tenus en présentiel. Vendredi 1er avril 2022, le retour de cet « Observatoire des experts de la mobilité » porté par MPEA, filiale de la FFEA (Fédération française de l’expertise automobile), se penchait sur le sujet des Adas. L’occasion de revenir à la fois sur plus de trente ans d’évolutions, mais aussi de se projeter vers l’avenir, sans oublier les impacts que toutes les nouvelles aides à la conduite engendrent sur l’après-vente automobile.

Journal de la rechange et de la réparation – Publié le 13 mai 2022 par Florent Le Marquis

Alors que les automobilistes sont de plus en plus soucieux de l’environnement, les acteurs du contrôle technique rappellent l’importance de leur activité sur l’état du parc roulant et son efficience énergétique. L’occasion aussi de redorer leur image.

Si le MAP a repris ses ateliers en présentiel en avril 2022, avec un événement consacré aux Adas, les webinaires se poursuivent. Jeudi 12 mai, Laurent Hecquet, directeur général du MAP, a animé un atelier consacré au contrôle technique, et plus précisément son rôle dans la sécurité et l’efficience énergétique du parc roulant automobile. 

L’Argus de l’assurance – Publié par Hélène Lerivrain

Si la crise a boosté l’utilisation d’outils technologiques par les experts, elle n’a pas révolutionné les usages. La transformation digitale avait déjà débuté pour répondre aux besoins et attentes du XXIe siècle.

Quel impact aura eu la pandémie de Covid sur l’expertise en assurance ? Première certitude : l’utilisation de la visio a permis à cette profession d’assurer une continuité de service « qui a plutôt bien fonctionné. Cela a également démocratisé cet outil », reconnaît Olivier Willems, directeur général délégué en charge des activités d’expertises chez Stelliant.
Mais si l’expertise de force majeure a permis un traitement à distance pendant le premier confinement pour éviter d’avoir à reporter les expertises sur site, « cela n’a pas révolutionné les équilibres », insiste Emmanuel Villette, président de la Fédération des sociétés d’expertise (FSE).
Même constat du côté de l’expertise auto. « Avant la crise, nous étions à 10 % de visio-expertise. Nous sommes montés à 50, voire 60 % pendant la crise, puis nous sommes redescendus à 25 % », témoigne François Mondello, président de la Fédération française de l’expertise automobile (FFEA).

Lire l’article

La Fédération française de l’expertise automobile (FFEA) est bien née. C’est officiel, depuis le 14 octobre, date de la dernière assemblée générale de l’Alliance nationale des experts en automobile (Anea), qui a adopté, à l’unanimité, ce changement de nom.

Pour l’organisme représentant la profession des experts en automobile, cela marque un aboutissement, celui de l’unité, maintenant qu’il réunit tous les cabinets et entreprises d’expertise en automobile. En rassemblant plus de 571 entreprises et plus de 5 000 collaborateurs (personnel des cabinets et entreprises), la FFEA peut revendiquer de fédérer l’ensemble de ses acteurs sociaux pour assurer leur représentativité sur les plans métier, social et économique.

La FFEA a pris l’initiative, dès le lendemain, de consacrer son premier symposium à « L’Intelligence artificielle (IA) dans la gestion des sinistres : risques ou opportunités ? ». Car ce grand sujet concerne l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des sinistres. Cette technologie, en réduisant les délais d’analyse des dommages, est un moyen d’améliorer le service pour indemniser, évaluer, et réparer. C’est pourquoi, à côté des experts en automobile, les pouvoirs publics, les assureurs et les réparateurs étaient représentés pour faire connaître leurs visions respectives.

La qualité des échanges a permis de compren­dre que le système de vision par ordinateur pour identifier les dommages sur un véhicule et livrer un chiffrage (dérivé d’IA dans le domaine des sinistres) n’était pas un nouvel acteur de la chaîne de la réparation-collision, mais un nouvel outil de diagnostic des dommages. À ce titre, son apport dans ce domaine ne peut se substituer à la responsabilité humaine.

Car si les assureurs peuvent s’appuyer sur l’IA dans leur processus d’indemnisation a priori pour les petits chocs, ils devront encore, face à leurs assurés, prendre la responsabilité du règlement de gré à gré, sans la garantie de l’expertise. Et si les experts en automobile peuvent s’appuyer sur l’IA dans leur processus d’évaluation, ils devront encore voir les chocs du véhicule endommagé, car, selon les propos de la déléguée interministérielle à la sécurité routière, l’IA « ne bénéficie pas du capital confiance lui permettant de se substituer à l’œil de l’expertise humaine (1) ». Et si le réparateur bénéficie de cette assistance artificielle pour chiffrer les travaux à réaliser sur un véhicule, elle ne pourra pas se substituer à lui pour établir un devis.

Le déploiement de l’IA montre que les décisions de ses acteurs seront de plus en plus empreintes d’une combinaison d’intelligence humaine et artificielle. Ces systèmes d’IA capables d’intégrer un éventail très large de variables liées aux dommages des véhicules seront des atouts, notamment pour l’assureur, qui sera guidé dans le traitement des déclarations de sinistres. Mais il faudra encore encadrer juridiquement cette assistance artificielle, notamment en termes de responsabilités et de limites. C’est là que la FFEA s’est déjà fait entendre, en laissant entrevoir que cette IA ne doit pas permettre à l’assureur de s’immiscer dans le processus d’estimation, pour devenir le calife à la place du calife ?

1. Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la sécurité routière, symposium 2021 de la FFEA, le 15 octobre.

Lors de son dernier symposium, l’Alliance nationale des experts en automobile analyse le développement de l’intelligence artificielle. Les différents intervenants invités par l’Anea y ont développé atouts et limites de l’expertise auto par l’IA.

Par Nicolas Girault – 21/10/2021 – J2R AUTO

De gauche à droite, Xavier Horent (CNPA), François Mondello (Anea/FFEA), Laurent Hecquet (Map) et Stéphane Penet (FFA) échangent en s’appuyant sur les analyses des spécialistes de l’IA. ©J2R/NG .

L’expertise d’un sinistre automobile pourra-t-elle être déléguée à une machine dans un avenir plus ou moins proche ? Telle était la problématique développée par l’Anea lors de son dernier symposium, au cours duquel elle a officialisé sa transformation en FFEA.

“Il est important de décloisonner tous les acteurs de la réparation-collision, de se mettre tous autour de la table, pour comprendre les enjeux finaux de l’intelligence artificielle (IA) pour nos clients assureurs et usagers, pour leur délivrer le meilleur service”, explique François Mondello, président de l’Anea. Le développement de la photo-expertise et des portiques de scan de carrosseries semblent annoncer la fin des experts automobiles. Parallèlement, les assurances missionnant ces mêmes experts pourraient être tentés d’en faire l’économie en s’appuyant sur la puissance des algorithmes.

Autant d’hypothèses très en vogue mais dont la réalité de la sinistralité automobile reste encore très éloignée selon l’Anea. “L’objectif de ce symposium était notamment d’écarter les fantasmes autour de l’intelligence artificielle, de réaliser un état des lieux de cette technologie et de ce qu’elle peut nous apporter. Car, nous ne sommes pas opposés à l’IA”, précise François Mondello. Une tâche fixée à l’observatoire du Map, filiale de l’A[…]

Cet article est réservé aux abonnés J2R.

Lire l’article